MENU

ZAILA.COM
Asilah.fr

CULTURE LOCALE

zaîla.Arts 

ABDESLAM CH'OUIAKH

zaîla.Arts 

ABDESLAM CH'OUIAKH 

En Août 2005, lors de sa présence à Asilah, Abdeslam Ch'Ouiakh avait entrepris un travail artistiques, dans le but de mettre en avant la plage d'Asilah, son environnement naturel et architectural.

Il est midi en ce mois d'août 2005. La mer s'est retirée et la marée a laissé derrière elle des algues disséminées ici et là sur le sable. Quelques enfants jouent au bord de la mer alors que d'autres adultes pratiquent le foot sans se préoccuper de la moindre agitation autour d'eux. En arrière plan, une somptueuse vue de la Médina d'Asilah avec ses fenêtres bleues, ses façades blanches,ses remparts et son somptueux palais construit en 1910 par Mohamed Rayssouli sur un gigantesque rocher. Tout s'accorde comme dans un tableau,comme dans une oeuvre où l'équilibre est un élément clef d'une composition. Tout est fait pour séduire le regard, mais la séduction n'est guère complète, car les tas d'algues rejetés par la mer offrent un contraste visuel avec la beauté de la ville et son environnement. C'est alors que l'artiste Abdeslam Ch'Ouiakh s'accapare ce lieu pour transcrire cette réalité en une œuvre éphémère (figurant dans le Land Art), matérialisée par des algues. Cette œuvre n'occupera l'espace terrestre que quelques minutes avant qu'elle ne soit finalement à nouveau reprise par les mêmes vagues de l'océan pour retourner enfin dans son propre élément naturel.

Avec les algues ramassées et assemblées en tas, l'artiste trace et réalise une ligne droite pour délimiter l'espace et interdire le mouvement des vagues d'aller au-delà de cette limite. La ligne droite guide le regard vers la ville. La ligne droite protège la ville de la mer. Une ligne droite qui se veut barrière infranchissable face au danger de la mer, elle qui envahissait parfois la ville et ses ruelles du temps de l'enfance de l'artiste.

Une seconde ligne droite est réalisée par des enfants sous la direction de l'artiste. Cette ligne se positionne tout droit vers la mer comme un défi. Mais, au fur et à mesure, celle-ci emporte avec elle ses algues, et ceci malgré la volonté persistante des enfants à défendre leur réalisation.

Le cercle … soleil d'Asilah



Au pied des remparts, des gravats, jetés sur le sol, dénaturent le paysage. Aidé par des enfants et quelques adultes se trouvant là, l'artiste Abdeslam Ch'Ouiakh entame la réalisation d'un cercle, en hommage à l'artiste Richard Lang, artiste du Land Art. Ce cercle est composé de pierres et de cailloux, disposés et ordonnés pour former une figure qui rappelle et symbolise le soleil d'Asilah.


Lieu et Environnement

En somme, ces travaux ont contribué, d'une part à la transformation du lieu et à sa mise en valeur par rapport à son environnement naturel et architectural en exploitant ses propres matériaux, et d'autre part à initier les enfants et les sensibiliser à l'éducation artistique via différentes approches liées au domaine des arts plastiques.

Démarches et enjeux artistiques

Nous souhaitons que ceci soit une porte ouverte à d'autres démarches artistiques pour les artistes invités lors du Festival d'Asilah, à savoir que l'art ne doit se limiter seulement aux réalisations de fresques sur les murs de la ville. Car, en réalité, ceci ne répond guère aux vrais enjeux artistiques...L'art ne doit se contenter uniquement du visuel, et le spectateur ne doit pas rester simple figurant mais devenir aussi acteur et producteur de son propre art. Le festival devrait inciter les artistes à impliquer davantage les spectateurs dans leurs créations. L'artiste invité a plutôt le devoir d'informer, d'éduquer et d'expliquer ses démarches artistiques et de permettre à d'autres de les exploiter au lieu de simplement les regarder, voire même parfois les oublier à force de les côtoyer.

LAND ART 

LE CERCLE...SOLEIL D'ASILAH 

ABDESLAM CH'OUIAKH